Galerie Nunamit

8186433021_60928da436_oLa galerie nomade NUNAMIT expose et vend, à Genève ou dans ses environs, des sculptures créées par les Inuit du Grand Nord canadien, afin de sensibiliser le public genevois à leur culture et à leurs espoirs.

Sa fondatrice, Claire Favre, Suissesse ayant vécu quatre ans au Québec,  se fournit directement chez des grossistes agréés par le gouvernement canadien, à Montréal, à Toronto et à Cape Dorset même, "capitale de l'art inuit" située au Nunavut.

Généralement, les sculpteurs vendent leurs oeuvres à la coopérative (magasin général) de leur village; certains fournisseurs, implantés dans le Grand Nord, choisissent directement les pièces dans ces coopératives, voire les achètent aux sculpteurs eux-mêmes. Mais la majorité des oeuvres est expédiée par avion aux intermédiaires du "Sud" (grandes villes canadiennes), qui les proposent alors aux détaillants d'Amérique du Nord et d'Europe, pour la plupart.

Le principal objectif de ce type d'intermédiaires consiste à soutenir et promouvoir la sculpture (culture) inuit et non à s'enrichir.

La galerie-dépôt de Montréal, par exemple, fait partie d'une entreprise beaucoup plus vaste, appartenant aux Inuit et destinée à gérer au mieux, dans l'intérêt de ce peuple, les diverses activités économiques développées dans le Grand Nord. Certains employés sont cependant des "Sudistes", dont l'expertise est nécessaire à cette gestion.

Lorsque ces intermédiaires  reçoivent les sculptures, un expert les évalue; si l'artiste n'a, selon l'expert,  pas été suffisamment rémunéré par l'acheteur de la coopérative du village nordique, il reçoit alors un complément de rémunération.

Toutes les sculptures sont répertoriées et un certificat d'authenticité est émis pour chacune; il porte en principe le sigle de l'igloo,  mais de nouveaux sigles sont apparus depuis peu dans le Nunavut.

Ce certificat a pour fonction de protéger l'authentique sculpture inuit des contrefaçons dont elle fait l'objet ( par exemple des pièces en résine injectée dans des moules). Il précise le nom de l'artiste, son lieu de résidence, le thème de la sculpture, ainsi que le numéro d'enregistrement de l'oeuvre, que l'on doit retrouver sous la sculpture. Il faut l'exiger lorsqu'on achète une sculpture.